Slider images
Slider images
Slider images
Slider images

Historique

Rockland

La région de Rockland a pris son essor avec le développement de la route l'Orignal-Bytown en 1840. Précédemment, quelques agriculteurs s'acharnaient à défricher les espaces boisés afin de s'adonner à la culture de la terre, leur seul moyen de subsistance. En 1868, un jeune entrepreneur de l'industrie du bois, William Cameron Edwards, décide d'ériger un moulin à scie à la pointe McCaul. Vint ensuite le chemin de fer en 1888 afin de transporter le bois ainsi que la marchandise.

En 1889, la mission alors desservie par le curé Caron de Clarence Creek est élevée au rang de paroisse. Le premier curé de la nouvelle paroisse fut l'abbé Siméon Hudon, originaire de la ville de Québec. La première école voit le jour en 1875 alors que la première école secondaire est ouverte en 1905.

La construction d'un second chemin de fer en 1908 reliant Ottawa et Hawkesbury favorisa grandement la population. En effet, pour 75 cents (aller-retour) les gens pouvaient se rendre à Ottawa pour y faire leurs emplettes, et ce dans la même journée. Le moulin à scie de la compagnie W. C Edwards ferma ses portes en 1926, résultat du marasme économique qui sévissait après la Première Guerre. Une grande partie de la population se dirigea alors du côté québécois afin de trouver de l'emploi dans les moulins à scie de Hull et Gatineau. La reprise économique s'amorce enfin à compter de 1939 avec le début de la Seconde Guerre. Le retour des soldats après la guerre entraîna une augmentation de la population qui pouvait maintenant profiter de la nouvelle route transcanadienne. La construction domiciliaire connut un grand essor entraînant ainsi l'expansion des services d'eau et d'électricité et l'établissement d'un premier réseau d'égouts en 1964.

Clarence Creek

En 1853, les premiers pionniers du village arrivent de Saint-Aoûtin au Québec. Ils achètent des terres pour y faire de l'agriculture. Une première chapelle est construite en 1859. En 1865, le village se compose de deux cents familles.  En 1881, la paroisse de Clarence Creek comprenait tout le canton de Clarence.  Le bureau de poste a été établi le 1er mars 1867 sous le nom de Clarence Creek.  Le nom du bureau de poste fut changé à Lafontaine le 1er septembre 1935 et à Clarence Creek le 16 juin 1936. 

Un petit journal hebdomadaire francophone « Le Ralliement » fut créé le 11 avril 1895 par M. Télesphore Rochon. Centre agricole important, Clarence Creek a aussi une partie importante de sa population, largement francophone, qui travaille à Ottawa. Un service ferroviaire fut établi le 4 septembre 1895 avec la Compagnie Grand Tronc ce qui aida grandement au commerce du foin exporté aux États-Unis.  La ligne de chemin de fer qui reliait Limoges (South Indian) à Rockland favorisa grandement le développement économique permettant le transport du foin dont la production était abondante.

À partir d’une humble boutique de forge, la famille Bélisle développa un important commerce de vente de voitures, Bélisle Automobiles, bien connu en Ontario et au Québec.  M. Télesphore Rochon participa à la fondation de L’Association Canadienne Française d’Éducation (ACFE) et aussi à la fondation du Journal Le Droit. Prospère commerçant de Clarence Creek, M. Onésime Guibord devient le député du Canton de Russell au Gouvernement provincial à Toronto, en 1898.  

Bourget

« The Brook » était le premier nom du village de Bourget qui fut changé en 1910.

Au cours des années 1855 à 1863, les colons devaient parcourir environ douze milles pour aller à l’église.  En 1885, les gens du Brook ont commencé la construction d’une chapelle.  La Paroisse Sacré-Cœur de Bourget a fêté son cent vingt-cinquième anniversaire en 2010. 

En 1860, les résidents avaient construit une petite école qui pouvait desservir de 25 à 30 enfants du village.  En 1885, l’école devint une école publique et il fallut plus tard, agrandir l’école.  Après quelques années, l’école servit de salle publique et ensuite elle devint une boutique de menuisier.  Aujourd’hui, l’édifice est occupé par un restaurant.

Les Sœurs Grises de la Croix d’Ottawa arrivèrent à Bourget le 15 août 1903.  En 1918, elles prennent charge de la direction de la nouvelle école et elles la gardent jusqu’en 1930.  Le 16 septembre 1930, les Sœurs Grises prenaient possession du couvent actuel.

Le développement de Bourget fut constant avec l’établissement d’un grand nombre de professions et commerces différents.  Sa population est en très grande majorité francophone. L’industrie la plus importante de Bourget était l’agriculture.  Le village possédait quelques petites industries et entreprises commerciales prospères.  Avant d’avoir une fromagerie, Bourget eut sa beurrerie, et celle-ci fut détruite par un incendie peu après sa construction. 

Le bureau de poste local a ouvert ses portes sous le nom « The Brook » le 1er mai 1880 et le 1er juillet 1910, son nom fut changé à Bureau de poste de Bourget.  Lorsque la température le permettait, la poste, qui provenait de Clarence Creek, était livrée deux fois par semaine. 

En 1880, les commerçants devaient aller chercher leurs marchandises à Thurso, puis à South Indian, qui étaient à environ douze milles du village.

En 1888, la ligne téléphonique reliait Bourget et Rockland.

En 1897, la compagnie Canadien Pacifique apparut.  En 1898, les trains circulaient sur une base journalière entre Ottawa et Montréal.

En 1937, l’électricité est disponible dans la paroisse.

Le village de Bourget  est le 2e en population dans la Cité de Clarence-Rockland. Une partie de la Forêt Larose, joyau des Comtés Unis de Prescott et Russell et de la province de l’Ontario,  se trouve sur son territoire

St-Pascal-Baylon

Son origine remonte à 1886 alors que ce hameau s’appelait alors « The Lake » et aussi « Cobblake » cause d’un petit lac qui s’y trouvait.  En 1er juin 1909, le village change de nom pour St-Pascal-Baylon.  Le nom de St-Pascal-Baylon vient du saint patron de Pascal Parent, l’un des premiers colons de l’endroit.

L’église et le presbytère furent érigés entre le 11 octobre 1908 et le 2 décembre 1909 par contre, l’église fut la proie des flammes le 20 juin 1943.  Sa population érigea une nouvelle église plus grande et plus moderne qui est la fierté de tous ses habitants. Le village de Saint-Pascal Baylon est un centre agricole très prospère. Presque toute sa population est francophone. 

Le bureau de poste ouvrit ses portes le 1er juillet 1886 sous le nom « The Lake » et adopta le nom du village le 1er juin 1909.

Hammond

Situé en bordure du chemin de fer du Canadien Pacifique, le village est fondé à la fin du XIXe siècle.  Ce hameau s’appelait « North Indian » à l’époque ou des descendants des Loyalistes s’y établirent vers les années 1880-1890.  Son territoire se divisait en trois soit Bourget, Clarence et Sarsfield. 

La région était couverte de chantiers de coupe de bois à tel point que la forêt fut graduellement remplacée par de riches terres agricoles. Le développement agricole et commercial prit de l’ampleur avec l’arrivée des chemins de fer Canada Atlantic, devenu Le Grand Tronc et le Canadien Pacifique vers 1896.

Le bureau de poste a ouvert ses portes le 1er décembre 1895.

En attendant la construction d’une église en 1912, les célébrations religieuses se tenaient dans une modeste chapelle qui fut transformée, par la suite, en école et finalement en salle paroissiale.

La conflagration du 13 juin 1914 est un événement historique qui rasa une grande partie du village.  Les flammes étaient poussées par un grand vent et se propagèrent rapidement aux maisons avoisinantes.  La sécheresse, depuis plusieurs semaines, activait l’incendie.  Le feu se propageait ensuite dans un champ de terre noire où il brûla pendant tout près d’un mois. 

De nouveau reconstruit, le village fut menacé une seconde fois enseptembre 1941.  Les flammes encerclaient le village.  Tous les hommes du village étaient des pompiers volontaires et c’est grâce à leur travail persistant que le village a pu être sauvé.

Quatre écoles primaires dont deux séparées bilingues et deux publiques, sont à la disposition des enfants de la paroisse.  De plus en plus de familles francophones s’y établirent et aujourd’hui c’est une belle localité en pleine expansion en grande majorité francophone.

Cheney

Ce petit hameau fut fondé en 1895; il est situé à environ 3 kilomètres à l’ouest de Bourget sur le chemin Russell entre le chemin Drouin et le chemin Indian Creek.  En 1896, une Gare du Canadien Pacifique y fut érigée; la voie ferrée reliait Montréal à Ottawa en passant par Cheney. Le 5 octobre 1897, un terrible incendie détruisit le moulin à scie, l’usine à carder, les commerces et presque toutes les résidences. Au cours des années qui suivirent, le paisible hameau surgit de ses cendres pour se transformer en une prospère économie agricole.

Forest Hill 

C’est la dernière localité à faire partie de la Cité de Clarence-Rockland. Ce hameau est situé

entre le chemin Canaan  et le chemin Joanisse.  Cette communauté est entièrement résidentielle avec de nombreuses jeunes familles qui s’y établissent; elles font grand usage du  Parc Cathy Cain Park.

Les informations ci-dessus sont tirées des documents suivants:

V. Laporte, S. Béland, La petite histoire de Rockland, 1982
L. Brault, Histoire des Comtés Unis de Prescott et de Russell, 1965
Et des informations que M. Gilles Chartrand aient retrouvées dans les archives du musée de Clarence-Rockland.

JoomShaper